La charte

Rappel des objectifs :

  1. Retrait de la loi El Khomri
  2. Rupture formelle et définitive avec les négociations du TTIP ou de tout traité de libre-échange avec les Etats-
  3. Démission de tous les ministres du gouvernement actuel (premier ministre compris)
  4. Initiation d’un processus de Constitution Citoyenne. Un engagement officiel et par écrit du nouveau gouvernement de transition de favoriser tout le processus constitutionnel : rédaction citoyenne, référendum national puis application de la nouvelle constitution si celle-ci est approuvée par la majorité des votes exprimés.

La marche

Nous partons le 18 juin 2016, de Marseille pour nous rendre à Paris en marchant. Cela représente 915 km de marche sur 48 jours. La distance quotidienne varie en fonction des étapes mais la moyenne en est de 19 kilomètres à une vitesse de marche de plus ou moins 4km/h. Beaucoup de nuit en camping sauvage ou à la belle étoile seront à prévoir. Chaque journée sera ponctuée d’une pause déjeuner d’1h30 dans une ville ou un village-étape quand cela est possible ou en chemin dans le cas contraire. Nous nous arrêterons donc la plupart du temps dans deux villes ou villages chaque jours, ce qui représente un total de 84 communes. Nous invitons les habitants alentours à se joindre à nous lors des pauses ou sur le chemin pour marcher sur Paris avec nous ou pour poser leurs questions, afficher leurs attentes, leurs propositions pour la société que nous allons construire (nous tiendrons un registre des propositions) ou tout simplement pour manifester leur solidarité. Nous afficherons à l’avance l’itinéraire et tiendrons chaque jour sur la page Facebook et sur le site internet des informations sur l’avancée de la Marche.

L’occupation

Si toutes nos exigences sont remplies avant la fin de la marche, nous irons jusqu’à Paris pour célébrer notre victoire, la victoire de la Démocratie. Dans le cas contraire, nous nous préparons à occuper le Champ de Mars autant de temps que nécessaire pour que ce gouvernement inepte et autocrate se plie à la volonté des citoyens et citoyennes de notre nation. La collusion finances-multinationales-classe politique-médias n’ont que le pouvoir que leur confèrent la possession (confiscation) d’une grande partie de la masse monétaire. Ils ont l’argent, nous avons le nombre! Et c’est uniquement par le nombre, la masse que nous allons les faire plier. C’est pourquoi nous faisons appel aux parisiens, et à tous les français qui n’auront pas pu se joindre à la Marche, à nous accueillir et à se joindre à nous pour cette occupation. Tous ressortissants d’Europe ou d’ailleurs sont évidement les bienvenus pour nous appuyer dans cette action qui se répandra dans le monde entier. Nous vous invitons tous à organiser une grande Marche démocratique équivalente au sein de votre nation.

La masse de citoyens et de citoyennes occupant le Champ de Mars ne devra jamais faiblir, et pendant des mois s’il le faut! Les agressions répétées sur la vie de chacun et chacune d’entre nous vont cesser maintenant. La seule issu possible sera celui de la légitimité: le pouvoir démocratique sera désormais entre les mains de toutes et de tous.

Venez comme vous êtes

En short, en costard, en jupe, en sarouel, en sari, en tailleur, en boubou, en bermuda ou en kimono… Mais portez un vêtement (désolé pour nos amis naturistes) pour ne pas choquer les âmes sensibles et, pour ceux qui se préparent à se joindre à la Marche sur de longues distances, prévoyez une bonne paire de chaussures de marche et un équipement de randonneur (au minimum: sac à dos, k-way, sac de couchage et tente). Cette grande Marche que nous allons accomplir ensemble est une action pacifique qui s’inscrit dans la tolérance, l’union, la construction et la synergie.

Inscrivons toutefois, définitivement, l’endroit ou s’arrête notre ouverture car, malheureusement, toute démarche de tolérance peut avoir ses limites. Les propos, attitudes ou comportements qui relèvent justement de l’intolérance ne seront pas les bienvenus. Nous entendons par là que nous n’acceptons pas la misogynie, le racisme, l’antisémitisme ou l’homophobie. Toutes personnes qui, d’une manière ou d’une autre, véhiculera ces idées-là seront invitées tout d’abord à s’expliquer puis, s’il ne s’agit pas d’un malentendu, à quitter le cortège ou l’occupation. Ensuite, nous sommes fermement en opposition avec l’ultra-finance et la prédation commerciale sauvage trop gentiment désignés sous le terme d’ultralibéralisme ou de néolibéralisme. Nous sommes en rupture complète avec ce gouvernement d’incapables qui (à l’instar de la plupart des gouvernements successifs de la V° République) ne sait qu’imposer les dogmes de l’ultra-finance et de l’ultra-compétition dans la vie de chacun et chacune d’entre nous. Ensuite, nous déclarons totalement caduques les institutions de la V° République qui, en donnant un pouvoir indécent à l’exécutif, font de la France une monarchie présidentielle.

Une action pacifique

Nous comprenons l’indignation, la colère et la ressentons également. L’économie-monde toute puissante et ses agressions multiples dans la vie des populations de tous pays ainsi que le pillage des ressources et la destruction aveugle de l’unique maison que nous possédons tous: la Terre; tout ceci ne saurai nous laisser indifférents ou en paix. Nous comprenons également qu’en plus de ce contexte global désastreux et consternant, le gouvernement Hollande-Valls et la violence qu’il exerce sur nous par les lois qu’il fait voter ou qu’il impose par le 49:3 (un déni de démocratie selon ses propres termes) ainsi que la violence de son outil de répression – les forces de l’ordre établies – ne peuvent qu’engendrer la violence des citoyens et des citoyennes de France.

Dans et malgré ce contexte, notre action s’inspire des grands mouvements pacifiques qui ont changé l’histoire. Nos objectifs sont clairs, définitifs et durables et nous nous donnerons les moyens des stratégies pacifiques pour les atteindre. Ces moyens seront détaillés dans un autre documents ainsi que sur le site internet de la marche. Nous ne donnerons pas à ce gouvernement arrogant et à ses médias les prétextes à la répression et à la violence policière. Nous ne leurs donneront pas non plus les outils pour alimenter la division par le biais des manipulations médiatiques tant de fois utilisés pour écorcher l’image d’un mouvement ou d’une action citoyenne…

Le changement que nous appelons tous depuis tant d’années est entre nos mains. Mettons nous en Marche pour notre société, pour notre République et pour notre Démocratie !